LA MODE & TOI – LU Bouteille : « C’est sûr que tu ne mets pas un legging avec des claquettes à talons ! »

Dans ma chronique « La mode & toi », je m’incruste dans le dressing (et sur le canapé) des gens pour qu’il me raconte la relation qu’ils entretiennent avec leurs fringues. 

LUBOUTEILLENo1

Aujourd’hui, je m’invite chez Lucie, apprentie fleuriste, ex-modeuse et grande fan de kermesse pour parler de son amour pour la couleur, du fait de vouloir être différente et de l’avenir sombre de la mode.

Rencontre.

Peux-tu commencer par te présenter rapidement ?

 Je m’appelle Lucie, j’ai 25 ans, je suis apprentie fleuriste et j’aime beaucoup la couleur.

Comment définirais-tu ta relation avec les fringues ? 

Très passionnelle. Pour moi, c’est quelque chose de très important qui me permet de m’exprimer et de faire un peu la différence, d’apporter un peu de peps.

Quelle shoppeuse es-tu ?  

Je shoppe plutôt par vague, en général. En ce moment, je suis dans une vague plutôt aiguë j’avoue, mais je fonctionne surtout au coup de cœur. Il n’y a pas forcément de logique ni de rythme particulier. Ça m’arrive de ne rien acheter pendant des semaines mais quand une couleur ou une coupe me parle, je cède facilement. C’est difficile de trouver quelque chose qui me plaît vraiment mais quand ça arrive alors là, je craque.

Est-ce que tu suis les défilés / la Fashion Week ?

 Oui je regarde chaque saison, surtout les marques que j’affectionne.

Une actu mode qui t’a marqué dernièrement ?

JOCKER ! Ça fait un moment que je n’ai pas trop suivi les news mode, je ne pourrais même pas te dire le dernier truc que j’ai vu.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

« Mes looks de tous les jours sont toujours colorés, décontractés, un peu loose, cool quand on a envie de chiller chez soi ou d’aller prendre un verre sans se prendre la tête – ou même pour aller faire la fête toute la nuit, d’ailleurs. Ici, c’est un look confortable composé d’une blouse à volants de chez &Other Stories, d’un pantalon Primark très loose et agréable à porter et de mon sac poisson mignon de chez Manish Arora ; je trouve que le orange fait bien ressortir les motifs de la blouse. Je porte aussi des boucles d’oreilles que j’ai créé et des mules à talons, toujours. »

Est-ce que tu suis les tendances ?

Plus ou moins. Je suppose qu’on est tous un peu obligé de les suivre puisque c’est ce qu’on voit en boutique. Cependant, je trouve que c’est cool de suivre les tendances mais surtout de faire sa petite sauce, d’ajouter des petits trucs différents pour ne pas non plus être comme tout le monde.

Quelles sont les marques ou les créateurs que tu préfères ?

J’aime bien Miu Miu et Prada. Je trouve ça hyper beau à chaque collection qu’ils font. Il y a une vraie recherche de matières, de looks, tout un style qui est hyper intéressant. J’aime bien aussi Walter Van Beirendonck mais heureusement pour mon portefeuille, il ne fait que de l’homme. Sinon, j’aime bien les marques anglaises comme Ashish, et de manière générale, toutes les marques hyper colorées avec beaucoup de broderies comme Manish Arora. En prêt-à-porter, j’aime bien Monki, Lazy Oaf, &Other Stories et Kling – c’est une marque espagnole assez cool, les prix sont corrects, c’est hyper mignon et coloré avec beaucoup de détails.

As-tu des muses fashion ?

Moi-même, Miranda Makaroff – elle a un style incroyable et elle est trop drôle, j’adore ses vidéos où elle danse, et Susie Lau.  

Quelle est la pire période stylistique que tu as traversé ?

Je vais dire qu’il n’y a pas de mauvaise période. On peut toujours tirer des choses intéressantes d’une mauvaise période. En plus, je pense vraiment ne pas en avoir eu. Certes, j’ai eu une période emo genre baggy, petite ceinture cloutée, Vans à carreaux et… Ah si ! J’ai eu une période un peu R’n’B avec des jeans taille basse, des espèces de crop tops dégueus avec des strass et des anneaux LOVE (un peu ce qu’on fait aujourd’hui, en fait). C’était pas mal…  

Et la meilleure ?

Je dirais maintenant. Mais je continue de dire que je n’ai pas non plus eu de période trop douteuse.

SAMSUNG CAMERA PICTURES
« Je porte toujours de la couleur. Surtout du rose, en grande dominance dans mon dressing – et encore, vous n’avez pas tout vu. C’est une robe Monki en velours rose avec des manches un peu évasées. Par-dessus, je porte un gilet Manish Arora qui fait penser à un gilet de costume pour homme. J’y ai ajouté une broche que j’ai créé et que je vends sur Mamie Petunia.
Pour rester dans l’ambiance arc-en-ciel – c’est ça qu’on aime- je porte un sac en forme de cœur entièrement perlé de chez Manish Arora aussi, et des chaussures fraise trop mignonnes. »

Est-ce que la mode t’a aidé (ou pas) à t’accepter et à t’affirmer ?

Oui et non. D’un certain côté oui, parce que j’aime bien m’habiller différemment des autres. Quand on me voit, j’ai envie qu’on se dise « waw, c’est cool, cette personne porte plein de couleurs, elle a mis plein de trucs bizarres ensemble »… Après tu aimes ou pas, mais j’aime bien interpeller. Et d’un autre côté non, parce que je ne compte pas que sur ça pour m’accepter. C’est quelque chose d’hyper superficiel finalement mais ça fait partie des éléments qui m’y ont aidé. 

Quelles sont TES règles pour un look réussi ?

Je dirais qu’il n’y a pas de règle parce qu’à partir du moment où tu te sens bien dans ce que tu portes, les gens vont le ressentir directement. Bon, il y a quand même des fashion faux pas… C’est sûr que tu ne mets pas un legging avec des claquettes à talons ! Mais à mon sens, pour que ce soit mauvais goût, il faut vraiment y aller fort ! Tu peux toujours tourner ça en mode dérision… Le mieux, c’est quand tu te sens bien dans tes vêtements et que tu as confiance, là tu as tout gagné.

LuBouteilleNo4v2

« Ce body, c’est la pièce la plus drôle que j’ai dans mon dressing ! Je crois que je l’ai trouvé chez Forever 21. Je l’ai acheté parce que je trouvais ça trop délirant ! Tu peux le mettre avec un petit pantalon noir pour casser le côté Barbie, justement, mais jamais en soirée parce que ça tient beaucoup trop chaud ! »

Y a-t-il une pièce que tu t’interdis depuis toujours ? 

Oh oui ! Les UGG ! Je ne comprends pas. Désolée pour tous les gens qui en portent mais ça a toujours été moche et ça le sera toujours, ce n’est pas possible. Sinon, tout ce qui est un peu trop moulant ou décolleté parce que je ne me sens pas à l’aise dedans et que je n’ai pas l’habitude d’en porter. Et aussi les bandeaux pour les seins, j’ai beaucoup de mal avec ça même sur des petites poitrines.

Soudain, Lucie a un flash et se souvient d’une période stylistique un peu trash dont elle a été victime…

C’était aux Etats-Unis, quand j’étais en 5ème /4ème, il y avait une mode : tous tes potes devaient écrire au marqueur indélébile sur ton jean taille basse et du coup, tu avais genre des jeans remplis de mots et de dessins dégueulasses de tes potes. Je me rappelle qu’un jour, ma mère m’avait acheté un nouveau jean et le soir j’étais rentrée avec ça, le jean couvert de marqueur… Elle m’a tué ! J’avoue que c’était quand même très très douteux. C’était horrible.

La pièce que tu rêves de t’offrir un jour ?

Une bague Dior de la collection Jardin de Milly-la-Forêt. La collection date d’il y a quelques années, il y a plein de petites fleurs et de petites coccinelles sur des grosses bagues à 10 000 euros, voilà. Dans mes rêves…  

Ton obsession mode du moment ?  

Les petites mules à talons.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

« J’adore sortir et me faire des tenues du soir ! Ici c’est une robe full paillettes de chez Booboo (ndlr : Boohoo), je l’ai trouvé sur Vinted pour 15 euros, elle fait quand même son petit effet. »

Est-ce que ton style a évolué depuis que tu habites à Paris ?

En vrai quand j’étais petite, j’étais un peu garçon manqué. Je ne mettais aucune couleur, des jeans baggy dégueulasses, des sweats et des baskets… Vraiment zéro sens de la mode. C’est venu au fil du temps, avec mes études notamment où là, j’ai été très attirée par la couleur et maintenant, c’est un véritable arc-en-ciel dans mon placard.  

Mais ça n’a pas vraiment à voir avec Paris, non, parce que je n’aime pas suivre forcément le mouvement. Enfin, ce n’est pas parce que mes amis ou les gens que je côtoie s’habillent d’une certaine manière que je vais m’habiller pareil. Je préfère avoir mon truc à moi.

Selon toi, quelle est la différence entre le style et la mode ?

Le style est intemporel. Ce n’est pas juste un vêtement, c’est bien plus. Le style, c’est une personnalité, une manière d’agir, de marcher, de porter le vêtement.

Par exemple, deux personnes peuvent porter exactement le même manteau et pourtant, ça n’aura absolument rien à voir. C’est tout un truc de charisme. La mode c’est un truc palpable, un vêtement par exemple, mais le style c’est autre chose.

Est-ce que ton métier influence ton style ?

Carrément. Mon ancien métier (ndlr : de styliste) en tout cas, oui. Surtout quand on bosse dans la mode, on côtoie tout le temps les vêtements, les textiles, et ça nous influence forcément. Même quand on doit créer une collection pour une marque, on va tellement s’en imprégner que ça va finir par se ressentir sur notre style personnel… À différentes échelles bien sûr, mais quand même.

LuBouteilleNo6

« Les chaussures viennent de chez ASOS, elles ont des petites broderies fleurs que j’adore et les lunettes, je les ai customisées moi-même avec des strass Swarovski. »

 Justement, est-ce que travailler dans la mode t’a apporté une vision différente du vêtement ?

Oui ! Déjà parce que d’un point de vue technique, tu te rends compte de plein de choses : comment est fait un vêtement, combien ça coûte, à quel moment tu peux te faire arnaquer en boutique, tout ça… Puis tu as une vision plus pointue puisque tu vois beaucoup de choses, tu dois t’inspirer en permanence, du coup tu as forcément un œil plus aiguisé que la moyenne.

Est-ce que tu crées tes propres vêtements ?

Ouiiii ! Enfin les vêtements pas trop, parce que je n’ai pas assez de patience pour faire de la couture à part des jupes en jean avec un zip au milieu parce que ça prend deux secondes, mais j’adore customiser ! Ou comme j’aime beaucoup la broderie, je rebrode souvent mes vêtements. Sinon, j’aime beaucoup les bijoux et les accessoires et j’ai lancé ma boutique en ligne, Mamie Pétunia, où je vends mes créations.

A ton avis, que dit ton style vestimentaire sur ta personnalité ? 

Que je suis quelqu’un de pétillant. C’est ce que j’ai l’impression de renvoyer en tout cas !

Y a-t-il un style vestimentaire sur lequel tu fantasmes mais qui n’est pas le tien et qui ne le sera probablement jamais ?

Il y a des styles sur lesquels je ne fantasme pas forcément mais ce qui est sûr, c’est que je ne les porterais jamais ! Genre tous les trucs streetwear, je trouve ça horrible !

Toute cette mode des grosses baskets, des sweats… Je trouve que ça n’a pas de forme, je n’aime pas du tout. Aussi, j’aimerais bien des fois porter des trucs un peu plus sophistiqués, plus élégants… Un peu genre Upper East Side, mais sans Gossip Girl. Le problème c’est que j’ai du mal à trouver des pièces de ce style qui me correspondent parce que c’est souvent des trucs bleu marine, noir, gris… J’aimerais tellement qu’il y ait des costumes rouges, roses – il y en a mais c’est quand même hyper rare. Ou même des robes qui font un peu plus soirée / bien habillée mais funky quand même. Je trouve que la limite est souvent trop établie entre les deux.

LuBouteilleNo7
« C’est une robe Manish Arora – marque que j’affectionne tout particulièrement. J’ai eu un coup de cœur à cause des petites franges roses en simili cuir avec des paillettes. Pour moi, c’est l’élément phare de la robe. Mais j’aime bien aussi le fait que le tissu soit épais, ça lui donne un bon tombé. Et les broderies, aussi.
Je la porte avec des petites mules &Other Stories pour rester dans le thème paillette et des lunettes roses que je customise pour ma marque Mamie Petunia. » 

Comment imagines-tu l’avenir de la mode ? 

Sombre. Très sombre. En ce moment, j’avoue que j’ai une vision de la mode plutôt très pessimiste parce que je n’aime pas trop ce qu’il s’y passe. Toutes ces marques, toutes ces nouvelles personnes genre Virgil Abloh, désolée mais il y a tout un truc de marketing et de tendance qui fait qu’on est totalement submergé par ça et ça me dégoute. Je me dis que soit ça ne peut que empirer, soit alors il y aura un genre de renouveau, avec des marques comme Marine Serre ou Koché – des marques de ce style, un peu plus artisanale et où créativement, c’est vraiment intéressant. Il faut être honnête, faire des sweats brandés, ça ne coûte rien en Chine… Toute cette tendance juste marketing, ces gens influents… Pour moi, la mode, ce n’est pas ça ! J’ai l’espoir que dans les années à venir, il y ait vraiment plus de créateurs comme Marine Serre et Christelle Kocher (ndlr : de chez Koché) qui justement sont des créateurs qui ont vraiment une âme et des choses intéressantes à dire, qui sont vraiment dans une démarche créative et non commerciale et j’espère qu’ils seront plusieurs et qu’ils vont élever leurs voix et défendre un peu notre métier qui est devenu un truc hyper superficiel et donné à tout le monde alors que non, en vrai, pas n’importe qui ne peut faire de la mode.

En gros pour toi, Virgil Abloh chez Louis Vuitton c’est de la grosse arnaque ?

OUI !

Beaucoup défendent l’idée que c’est le premier homme noir dans une grande maison de mode… 

Bien sûr ! Mais en fait le truc, c’est que cette question raciale n’a rien à faire là. D’un point de vue société, oui c’est génial, parce que la mode veut nous faire croire qu’il y a une diversité mais il n’y en a absolument aucune donc c’est plutôt cool… Mais en termes de compétences et de mode, quand tout le monde crie « Amen ! » parce qu’il est là, non, je suis désolée… Enfin pour moi, ce sont deux choses totalement différentes et le problème c’est qu’elles sont trop mélangées de nos jours. Pour moi, ce côté designer star, ça étouffe totalement ce qu’est réellement la mode, c’est-à-dire la création, l’amour du vêtement… Une sociologue dont j’ai lu le livre explique justement que maintenant, il n’y a plus de couturier mais des designers, soit des gens censés savoir tout faire : de la communication, du marketing, du stylisme… bref, ton métier à la base c’est de faire des vêtements, c’est l’amour du vêtement, de la coupe, de la couleur… Actuellement, je ne me retrouve plus du tout dans le milieu de la mode et c’est d’ailleurs pour ça que j’ai changé de voie.

LuBouteilleNo8

« Cette veste, je l’ai trouvé chez Emmaüs à Strasbourg, par hasard lors d’un marché de Noël. J’ai tout de suite été attirée par les rayures de différentes couleurs, puis j’ai vu que c’était une Moschino, puis j’ai vu le prix (15 euros !!!) et je me suis dit qu’elle était faite pour moi… Le destin. »

 Enfin, penses-tu que l’habit fait le moine ? 

Non, pas du tout. Je pense qu’il y a des gens assez introvertis ou qui socialement ne sont pas très intégrés, mais qui pourtant portent des tenues hyper extravagantes. Par exemple, je vois souvent sur Instagram des gens super connectés, qui ont des tenues de ouf mais qui au final dans la vraie vie n’ont pas vraiment de vie sociale. Ce qu’ils reflètent et ce qu’ils sont vraiment, ça n’a parfois strictement rien à voir. Je pense qu’il y a beaucoup de gens qui n’arrivent pas à avoir la personnalité qu’ils aimeraient avoir et qui du coup, s’expriment avec leurs vêtements pour compenser.

 

Tu peux retrouver Lucie sur Instagram ICI, sur la page Etsy de sa marque Mamie Pétunia et sur le compte Instagram de Mamie Pétunia ICI.

Et si toi aussi, tu veux participer à ma chronique « La Mode & Toi », envoie-moi un mail à lestylejeje@gmail.com.

 

Tendrement,

xx

Jéjé

 

 

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s